mis à jour le 10 04 2017
=> pour aller plus loin consulter les articles précédents accueil

Marchandisation de la nature : Arrêtons de parler de « capital naturel », la nature n’a pas de prix ...
cf The Conversation - Bram Büscher, Wageningen University et Robert Fletcher, Wageningen University

Au cours des dix dernières années, un réseau de plus en plus dense d’acteurs et d’organisations a promu l’idée d’un « capital naturel » qui peut être défini comme les stocks mondiaux d'actifs naturels qui comprennent la géologie, le sol,l'air, l'eau et tous les êtres vivants. C'est à partir de ce capital naturel que les humains tirent un large éventail de services, souvent appelés services écosystémiques, ce qui rend la vie humaine possible. Ce serait la clé d’un développement durable, en permettant notamment d’exprimer les questions de conservation dans des termes que les économistes, les politiciens et les PDG comprennent .... => En SAVOIR +



Agriculture et paysage, des liens à géométrie variable ...
cf The Conversation -Jean-Pierre Husson, Université de Lorraine

Comment les pratiques agricoles et leurs évolutions ont façonné au fil des siècles le paysage rural français.. . =>En SAVOIR +

Rapport Homme-Animal : cinq scénarios à l'horizon 2030 ... centre d'études et de prospective n°95 novembre 2016

C’est bien souvent la configuration économique et, dorénavant, écologique qui permet de statuer sur ces questions de représentation du vivant en général. Cela dit, le statut de l’animal et sa valeur intrinsèque sont des sujets qui intéressent de plus en plus l’opinion publique. Et si cet intérêt semble moins mesurable, il peut cependant jouer un rôle significatif et fondamental dans l’évolution de la société, des mœurs, dans la gestion économique et écologique, relatifs à la question animale, et plus généralement dans le rapport entre les humains et les animaux. => En SAVOIR +

La pollution du transport maritime plus dangereuse que celle du transport automobile ... cf Le Monde 27 03 2015

Dans une étude publiée début juin, l’université de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement allemand Helmholtz Zentrum Munich établissent un lien sans équivoque entre les gaz d’échappement des cargos et des maladies graves. A l’origine de maladies pulmonaires et cardiovasculaires sévères, les émissions du transport maritime, selon cette étude, provoquent 60 000 décès prématurés par an dans l’Union européenne.
Coût pour les services de santé européens : 58 milliards d’euros. => En SAVOIR +

La pollution de l’air, un problème pour 92 % de la population urbaine mondiale ... Gary Haq, University of York- The conversation

Pékin, Mexico, Delhi, Paris et Londres ont connu ces derniers mois de dangereux pics de pollution. Ces villes sont loin d’être des cas isolés : l’Organisation mondiale de la santé indique que 92 % de la population urbaine mondiale respire un air toxique. En 2016, les Nations unies se sont emparées de cette question, avec notamment la campagne Breathe Life qui vise à améliorer la qualité de l’air pour en tirer des avantages sanitaires, mais aussi sociaux, environnementaux et économiques. Fin 2016, les maires de Paris, Mexico, Madrid et Athènes ont affiché leur intention de débarrasser leurs villes des véhicules diesel à l’horizon 2025, tout en développant leurs infrastructures pour les piétons et les cyclistes. En Asie, un programme de certification a été mis en place pour encourager les villes à réaliser des progrès dans l’amélioration de la qualité de l’air. Ces derniers mois nous ont ainsi montré à quel point ce fléau touchait aussi bien les pays développés que les pays émergents. Un fléau contre lequel il faut agir dès maintenant. =>En SAVOIR +







Pourquoi si peu de réactions face à la pollution de l’air ? ... Monique Hirschhorn, Université Paris Descartes – USPC

Après avoir eu « un bel et épouvantable été » au cours duquel tous les records de chaleur, depuis que l’on enregistre les températures, ont été battus, faut-il nous attendre maintenant à « un bel et épouvantable hiver », avec ce ciel bleu, cette absence de pluie et de vent, cette température relativement clémente qui viennent de nous valoir, dans une grande partie de la France, l’épisode de pollution de l’air le plus long et le plus intense depuis dix ans ? => En SAVOIR +

Le JOUR du DEPASSEMENT de NOS CAPACITES NATURELLES ... . ETAIT LE 8 AOUT EN 2016 et LE 13 AOUT EN 2015 !. !

Le Jour du Dépassement Global indique chaque année la date à laquelle la demande exercée par l’humanité sur la nature (Empreinte Ecologique) dépasse la capacité de la planète à régénérer ses ressources et à absorber les déchets dont les émissions de carbone (biocapacité). La surexploitation des ressources naturelles conduit à l’endommagement du capital naturel sous forme de déforestation, d’érosion des sols, d’appauvrissement de la biodiversité, ou encore d’accumulation de carbone dans l’atmosphère. Selon le "Le Global Footprint" en 2016 la date de dépassement était le 8 août, en 2015 le 13 août,en 2010 le 28 août, en 2000 le 4 octobre, en 1990 le 13 octobre, en 1980 le 3 novembre , en 1970 le 23 décembre ... Cette date progresse, même si son taux de progression se ralentit depuis 1970.
En France il nous faudrait 1.7 fois nôtre pays pour subvenir à nos besoins : c'est dire les efforts qu'il nous reste à accomplir pour revenir à une situation durable. =>pour en savoir + cf empreinte écologique par pays








État de santé 2016 de la biodiversité en Île-de-France

En s'appuyant sur les sciences participatives et des réseaux d'observateurs volontaires, Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France, a réalisé un important travail de réactualisation des données publié le 10 mai sur la richesse et l'abondance en papillons, en oiseaux et en flore dans la région. Sauf quelques rares exceptions, l'appauvrissement se poursuit.Le constat est sans appel : les espèces franciliennes et leurs effectifs ont subi une régression importante. La région a par exemple perdu 1/5e de ses oiseaux en 13 ans ! Pour corriger le tir, la sensibilisation des élus et agents des collectivités doit monter en flèche. => 10/05/2016 - Lire l'étude de Natureparif




Situation des nappes d'eau souterraine au 1er janvier 2016

La plus grande partie des nappes phréatiques (55%) affiche un niveau inférieur à la normale. La situation traduit, sur la plus grande partie du territoire, une période de recharge hivernale des nappes déficitaire, ce qui est assez exceptionnel à cette période de l’année.
=> 13/01/2016 -Lire la note d'information du BRGM (Bureau de Rcherches Géologiques et Minières)

“L'Agriculture est aussi et surtout une solution pour le climat”

L'agro-écologie, qui permet de stocker du carbone tout en augmentant les rendements, constitue une réponse à la lutte contre le changement climatique. La Conférence Paris Climat (COP 21) sera l'occasion de valoriser ces pratiques, détaille Catherine Geslain-Lanéelle du ministère de l'Agriculture.
=> 04/11/2015 - Lire l'actu © Actu-Environnement


POLLUTIONS PAR LES ENGRAIS AZOTES et les PRODUITS PHYTOSANITAIRES : coûts et solutions . !

L'agriculture industrielle pollue et coûte cher à notre société. La France est le premier pays consommateur d’engrais minéraux de l’Union européenne (2,2 Mt d’azote d’engrais minéraux consommés en 2013) et le deuxième en matière de produits phytosanitaires. Ce niveau de consommation est à mettre en regard de la production agricole française (18 % de la production européenne) et de la surface agricole utile (16 % de la surface agricole utile de l’Union européenne). Toutefois, l’étude du bilan de la circulation de l’azote dans l’agriculture fait apparaître des quantités non négligeables d’azote en excès, qui pourraient atteindre 1,5 Mt par an, non assimilées par les plantes et rejetées dans l’eau, dans l’air ou stockées dans le sol.
=>cf Etude du Commissariat Général du Développement Durable de décembre 2015










web designer René Tronche - Copyright © 2012 add21 - optimisé pour firefox safari et ipad